DSpace
 

Dspace de universite Djillali Liabes de SBA >
Mémoire de Magister >
Biologie >

Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/123456789/640

Titre: Contribution à l’étude de la prolifération des plantes envahissantes dans les écosystèmes littoraux : cas de l’algue Caulerpa racemosa.
Auteur(s): BENTAALLAH, Mohammed El Amine
KERFOUF, Ahmed
Mots-clés: Caulerpa racemosa
Algue invasive
Ecosystèmes littoraux
Littoral oranais
Algérie
Analyse statistique
Flore benthique
Issue Date: 9-Dec-2012
Résumé: Caulerpa racemosa est une Chlorophyte invasive décrite pour la première fois en Australie en 1858. Elle a colonisé les côtes de 15 pays depuis 1990 et une grande majorité des îles méditerranéennes. Le suivi de sa prolifération est pris en compte par les organismes internationaux dont l’UICN. Les côtes de l’Algérie comptent plusieurs espèces d’algues invasives dont Caulerpa racemosa var. cylindracea ((Forsskal) Verlaque, Huisman et Boudouresque). Cette dernière a été identifiée pour la première fois en Algérie en 2006 près du port d’Alger, et sa prolifération commence à être perceptible dans de nombreuses autres régions du pays. En effet, C. racemosa var. cylindracea est de plus en plus signalée dans plusieurs zones côtières dont 9 au centre et 2 à l’Ouest algérien avec une répartition bathymétrique qui s’étend jusqu’à 29 m de profondeur. La prospection du littoral oranais à révélé une nouvelle zone de dissipation de Caulerpa racemosa var. cylindracea à Marsat El Hadjaj (port aux poules) sur les côtes de l’extrême Est de la wilaya d’Oran à 15 Km du dernier recensement à Stidia dans la Wilaya de Mostaganem. Cependant, l’invasion n’est qu’à son début et se traduit par un niveau de colonisation ‘’1‘’ (premier niveau) estimé selon la procédure de standardisation internationale de l’évaluation cartographique de Caulerpa. Il en ressort de l’analyse des relevés de l’échantillonnage aléatoire sur le site de Marsat El Hadjaj que la composition floristique accompagnant Caulerpa racemosa est dominée par des Chlorobiontes à 57 % suivies des Chormobiontes 29 % et enfin les Rhodobiontes 14 %. L’analyse statistique des différentes matrices espèce-recouvrement-profondeur par l’AFC et CAH a mis en évidence les relations des différents taxons avec le taxon invasif. Ainsi, seule Caulerpa prolifera semble y résister, les autres espèces sont de moins en moins représentées. La diversité spécifique de la flore benthique sur la zone de présence de la souche invasive de C. racemosa reste très diminuée et s’intervalle entre 5 à 9 espèces par relevé.
URI: http://hdl.handle.net/123456789/640
Appears in Collections:Biologie

Files in This Item:

File Description SizeFormat
BENTAALLAH.pdf316,54 kBAdobe PDFView/Open
View Statistics

Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

Ce site utilise la plate-forme Dspace version 3.2-Copyright ©2014.